• Grègoire Jullienne

Flashback to the controversial EU-China investment deal that sealed 2020

Introduction


On the 30th of Decemeber 2020, the 27 countries of the European Union and China finalized an agreement to allow to their counterpart a better access for investments in their respective markets.

Although there was no official text or press conference to seal this historic agreement, a videoconference brought together Chinese President Xi Jin Ping and the representatives of the European Union: the President of the European Commission Ursula von der Leyen, the President of the European Council Charles Michel as well as the German Chancellor Angela Merkel and the French President Emmanuel Macron.

Seven long years of negotiations have taken before the proposal for cooperation to be shaped. The official signature and possible ratification of this agreement is expected to take two more years, as the proposal has to be amended and approved by the European Parliament and must also be approved by the Chinese counterparts.

Two businessmen shaking hands in front of flags of European Union and China by Marco Verch under the license (CC BY 2.0)


The EU-China relationship in numbers:


Today, China is the EU's second largest trading partner behind the US, accounting for 20.2% of EU imports of goods and 10.5% of EU exports. While European investments in China amount to 150 billion euros (since the early 2000s), Chinese investments in the EU amount approximately to 115 billion euros.


What are the proposals put forward by this agreement?


Hailed by Ursula von der Leyen as a prospect for cooperation that "will offer European investors unprecedented access to the Chinese market", this agreement aims to rebalance market conditions between the two world powers, which are currently considered asymmetrical. Indeed, the European market today seems fully open to Chinese companies. China, on the other hand, not only has closed entire sectors to foreign investment, but is also subsidizing Chinese state-owned enterprises in sectors that are open to European investment, giving them a competitive advantage.

Thus, regarding the European Union’s perspective, not only should this agreement reinforce the transparency of subsidies given to Chinese companies, but it should also guarantee the respect for intellectual property: it would prohibit forced technology transfers in the automobile and financial sectors, a principle according to which, once on the Chinese territory, a European company must join forces with a local company in the form of a joint venture, and thus share its data.

Furthermore, China would open up sectors previously inaccessible to European investment, such as healthcare (only in cities with more than 10 million inhabitants) and the Cloud. Moreover, this agreement should make it easier for the EU to invest in the construction and advertising sector, and the sector of hybrid and electric cars.


Electric car charging at a charging station. Blurry tram in the background by Ivan Radic under the license (CC BY 2.0)


Finally, China "commits (...) to work in the perspective of the ratification of the International Labor Organization (ILO) fundamental conventions, including those [prohibiting] forced labor," affirmed the European statement. For the first time, China is also making commitments on sustainable development with the aim to implement the Paris Climate Agreement.


China, for its part, will have greater access to the European market, particularly in the energy and manufacturing sectors. Indeed, China will have the opportunity to invest in renewable energy within the European Union up to 5% of the market share of each member state.


Who mainly benefits from the deal? Who suffers from this decision?


Germany, which has largely contributed to the conclusion of this agreement, seems to beits main beneficiary, and in particular its automobile sector should profit from it. Indeed, Daimler, Mercedes and Volkswagen firms already make higher profits in China than in the United States. Thus, the opening up of the Chinese market for hybrid and electric vehicles offers a more promising prospect for the German automobile industry.


In a triangular dimension with the United States, this agreement is above all part of China's desire to position itself as a major commercial partner with the European Union. Sanctioned by the United States under the Trump administration on several occasions, China has shown itself to be open to European investment and aims to extend its project to reconfigure the commercial networks on a global scale, over which the United States has control.

Indeed, in the past years, China has heavily invested and today mainly controls the European ports of Piraeus in Athens, Bilbao and Valencia. Several European companies have also been bought by Chinese investors, such as Volvo in Sweden, Pirelli in Italy and Club Med and Lanvin in France.

Thus, this agreement, which was concluded before the inauguration of American President Joe Biden (which took place on January 20), seems to find its purpose in slowing down any future cooperation project between the United States and the European Union.


Pixabay


Conclusion


In order to ensure the proper implementation of this agreement, a summit bringing together important political leaders will take place "at least once a year", according to an official in charge of the negotiations.

Despite the historical dimension of this agreement, many politicians have expressed the necessity of a significant traceability regarding China’s promise to "continue to sustain efforts in the perspective of the ratification". Indeed, although MEPs adopted a proposal which condemned forced labor in China in mid-December, the obvious lack of transparency shown by the Chinese government these past months greatly underminedits credibility, especially in the perspective of a future official signature.

This controversial agreement follows a diplomatically embarrassing year for China in 2020, marked in particular by the global Covid-19 pandemic, the repression of pro-democracy movements in Hong Kong and the revelation of forced labor camps destined for the Uighur Muslim minority in the Xinjiang region.


Sources :


- Le Monde, « L’UE accepte un accord d’investissements avec la Chine malgré des engagements limités sur le travail forcé »

- Le Monde, « UE et Chine concluent un accord « de principe » controversé sur les investissements »

- Le Figaro, « L’accord commercial entre l’Union européenne et la Chine profitera d’abord à l’Allemagne »

- Les Echos, « L'Europe conclut avec la Chine un accord de principe sur les investissements »

- The New-York Times, “China and E.U. Leaders Strike Investment Deal, but Political Hurdles Await”

- The Wall Street Journal, “EU, China Agree on Terms of Investment Pact Despite U.S. Wariness”



French version


Introduction


Le 30 décembre 2020, les 27 pays de l’Union Européenne et la Chine ont conclu un accord « de principe » afin de permettre à leur homologue un meilleur accès des investissements à leurs marchés respectifs.

Malgré l’absence de texte ou de conférence de presse pour sceller cet accord historique, ce dernier a pris la forme d’une vidéoconférence qui rassemblait le président chinois Xi Jin Ping et les représentants de l’Union Européenne : la présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen, le président du Conseil Européen Charles Michel ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron.

Cette proposition de coopération est le fruit de négociations longues de plus de 7 ans et qui ont longtemps fait du sur-place. La signature officielle et l’éventuelle ratification de cet accord devraient prendre deux ans, car la proposition doit être amendée et approuvée par le Parlement Européen et doit également être approuvée par la Chine.


La relation UE-Chine en quelques chiffres :


La Chine est aujourd’hui le deuxième partenaire commercial de l’UE derrière les États-Unis, représentant 20.2% des importations de biens et 10.5% des exportations de l’UE. Tandis que les investissements européens en Chine s’élèvent à près de 150 milliards d’euros (depuis le début des années 2000), les investissements chinois au sein de l’UE s’élèvent à près de 115 milliards d’euros.


Quelles sont les propositions avancées par cet accord ? (What does the deal consist of?)


Salué par Ursula von der Leyen comme une perspective de coopération qui « offrira aux investisseurs européens un accès sans précédent au marché chinois », cet accord a pour but de rééquilibrer les conditions de marché entre les deux puissances mondiales, aujourd’hui jugées asymétriques. En effet, le marché européen semble aujourd’hui pleinement ouvert aux entreprises et investissements chinois. La Chine, de son côté, a non seulement a fermé des secteurs entiers aux investissements étrangers, mais subventionne également les entreprises publiques chinoises dans les secteurs qui sont ouverts aux investissements européens, leur offrant un avantage compétitif.

Ainsi, du côté de l’Union Européenne, non seulement cet accord devrait renforcer la transparence des subventions aux entreprises chinoises, mais il devrait également garantir le respect de la propriété intellectuelle : il interdirait les transferts de technologie forcés dans les secteurs automobiles et financiers, principe selon lequel une entreprise européenne doit s’associer avec une entreprise locale sous la forme d’une joint-venture, et ainsi partager ses données. La Chine ouvrirait des secteurs jusque-là inaccessibles aux investissements européens, comme celui de la santé (uniquement dans des villes de plus de 10 millions d’habitants) et du cloud. De plus, cet accord devrait permettre à l’UE d’investir plus facilement dans le secteur des véhicules propres (hybrides et électriques), mais également dans les secteurs de la construction et de la publicité.

Enfin, la Chine « s’engage (…) à œuvrer à la ratification des conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail (OIT), y compris celles [interdisant] le travail forcé », précise le communiqué européen. Pour la première fois, la Chine prend également des engagements en matière de développement durable, qui viserait à mettre en application l’Accord de Paris sur le climat.


La Chine, de son côté, aura un plus grand accès au marché européen, notamment dans les secteurs de l’énergétique et de la manufacture. En effet, elle obtiendra la possibilité d’investir dans l’énergie renouvelable au sein de l’Union Européenne et ce jusqu’à 5% des parts de marché de chaque état membre.


Quels acteurs bénéficient principalement de cet accord ? Quels acteurs pâtissent de cette décision ?

L’Allemagne, qui a largement contribué à insuffler la conclusion de cet accord, semble la principale bénéficiaire de ce dernier, et notamment son secteur automobile dont font partie Daimler, Mercedes et Volkswagen. Ces entreprises font un chiffre d’affaire plus important sur le territoire chinois que sur le territoire américain. Ainsi, l’ouverture du marché chinois des véhicules propres offre une perspective plus prometteuses aux géants automobiles allemands.

Dans une dimension triangulaire avec les États-Unis, cet accord s’inscrit avant tout dans une volonté chinoise de se positionner comme acteur commercial majeur avec l’Union Européenne. Sanctionnée par les États-Unis sous l’administration Trump à plusieurs reprises, la Chine se montre ainsi ouvert aux investissements européens et vise ainsi à étendre son projet de reconfiguration des réseaux commerciaux à l’échelle mondiale, sur lesquels les États-Unis ont la main mise.

En effet, ces dernières années, la Chine a investi massivement et contrôle principalement les ports européens du Pirée à Athènes, de Bilbao et de Valence. Plusieurs entreprises européennes sont également passées sous le pavillon chinois comme Volvo en Suède, Pirelli en Italie ou encore le Club Med et Lanvin en France.

Ainsi, cet accord qui fut conclu avant l’investiture du président américain Joe Biden (qui a eue lieu le 20 janvier dernier) à pour dimension de freiner tout projet de coopération futur entre les voisins transatlantiques.

Conclusion

Afin de garantir la bonne exécution de cet accord à long terme, un sommet rassemblant de hauts responsables politiques aura lieu « au moins une fois par an », selon un responsable des négociations.

Malgré la dimension historique de cet accord, de nombreuses voix se sont élevées pour demander une traçabilité importante en Chine des « efforts continus et soutenus en vue de la ratification », comme promis. En effet, bien que les eurodéputés eussent adopté mi-décembre une proposition condamnant le travail forcé en Chine, l’absence évidente de transparence dont fait preuve le pouvoir chinois nuit grandement à la crédibilité de ses propositions avancées en vue d’une signature officielle.

Cet accord controversé fait suite à une année 2020 diplomatiquement embarrassante pour la Chine, notamment marquée par la pandémie mondiale de la Covid-19, la répression des mouvements pro-démocratie à Hong-Kong et la mise en évidence de camps de travail forcé destinés à la minorité musulmane Ouïgour dans la région du Xinjiang.

Recent Posts
Categories
Archive

Get the last updates!

Passioned about the EU? Don't  miss our newsletter!

Last Instagram Posts

©2020 European Generation All Rights Reserved  |  Contacts  General Terms  Media Attribution 

  • Bianco Facebook Icon
  • Instagram Icon
  • Bianco YouTube Icona
  • Twitter Icon
  • LinkedIn Icon